Preview 2019/2020 : Venezia FC

Un concept utilisé la saison dernière sur votre site d’actualité entièrement consacré à la Serie B fait son grand retour : les previews ! Le championnat reprenant dans deux semaines, vous pourrez ainsi découvrir sur SerieBellissima 20 articles previews à venir en (presque) 20 jours, détaillant tour à tour, par ordre alphabétique : les arrivées et les départs, son 11 type probable, les forces et faiblesses de chaque équipe, son coach, son joueur frisson à suivre, sa possible révélation de la saison, son stade et notre pronostic. Place ainsi aujourd’hui à la présentation du Venezia FC !

  • Arrivées – Départs 2019/2020 :

–> Ils arrivent : Yuri Senesi (libre, Olbia), Franco Zuculini (libre, CA Colón), Mario De Marino (libre, Palermo), Antonio Marino (libre, Lecce), Gabriele Mancin (libre, Adriese), Alberto Pomini (libre, Palermo), Mattia Aramu (libre, Siena), Luca Fiordilino (libre, Palermo), Adriano Montalto (prêt, US Cremonese), Michele Cremonesi (libre, SPAL), Lorenzo Lollo (libre, Empoli), Antonio Junior Vacca (libre, Parma), Gian Filippo Felicioli (libre, Milan), Alessandro Fiordaliso (prêt, Torino), Pietro Ceccaroni (prêt, Spezia Calcio), Nicolò Casale (prêt, Hellas), Ivan Lakicevic (prêt, Genoa), Lorenzo Gavioli (prêt, Inter), Alessandro Capello (libre, Cagliari)

–> Ils s’en vont : Gabriele Mancin (prêt, Porto Viro), Simone Bentivoglio (libre, Siena), Stefano Camerlengo (libre, Chieti FC), Davide Facchin (libre, Como), Andre Schiavone (libre, Bari), Guiseppe Caccavallo (libre, Carrarese), Guglielmo Vicario (Cagliari), Francesco Cernuto (libre), Agostino Garofalo (libre), Gianni Fabiano (libre), Matteo Bruscagin (libre), Maurizio Domizzi (libre), Giuseppe Zampano (libre), Cristiano Lombardi (retour de prêt, Lazio), Jacopo Segre (retour de prêt,Torino), Marco Pinato (retour de prêt, Sassuolo), Mattia Zennaro (retour de prêt, Genoa), Alessandro Rossi (retour de prêt, Lazio), Robert Mazan (retour de prêt, Cela Vigo), Mauro Coppolaro (retour de prêt, Udinese)

Soit un total de 19 arrivées majeures contre 20 départs majeurs.

  • Le 11 type probable :

Venezia se dirige cette saison vers un schéma en 4-3-1-2 sous les ordres de son nouvel entraîneur, Alessio Dionisi. Le tout avec une équipe totalement remaniée par rapport à la triste saison passée… Dans les buts, nous retrouvons ainsi Lezzerini avec, devant lui, une charnière centrale orpheline du grand Domizzi mais qui n’en reste pas moins compétitive avec Modolo, nouveau capitaine et Cremonesi, arrivé en prêt cet été depuis la SPAL. Sur les côtés, deux autres joueurs prêtés devraient s’imposer en tant que titulaires : Felicioli (depuis le Milan AC) et Fiordaliso (depuis le Torino). Idem au milieu où tout change ! Fiodilino, arrivé depuis Palerme, prendrait place en tant que milieu défensif. Devant lui, nous retrouvons deux joueurs d’expérience qui risquent de faire énormément de bien aux arancioneroverdi cette saison : Lollo, arrivé depuis Empoli et Franco Zuculini, arrivé depuis le Club Atlético Colon en Argentine. Le prometteur Aramu, recrue arrachée à Siena, devrait quant à lui prendre part dans un rôle de numéro 10… En soutien de deux avant-centres : Di Mariano et Bocalon, qui auront tous deux une forte concurrence cette saison (Capello, Montalto, Zigoni…)

  • Forces et faiblesses de l’équipe :

+ : Une charnière centrale (Modolo et Cremonesi) solide, expérimenté, rompue aux joutes de la Serie B. Deux latéraux (Felicioli et Fiordaliso) jeunes, prometteurs, en particulier pour le premier cité qui a déjà passé une saison intéressante en prêt à Perugia l’an dernier. Énormément de choix de qualité possibles au milieu (Fiodilino, Lollo, Zuculini, Caligara, Suciu, Gavioli, Maleh…), ce qui offre à Dionisi la possibilité d’opter pour des schémas tactiques différents. Un plus toujours appréciable… Avoir réussi à s’attacher les services d’un Mattia Aramu, arrivé cet été depuis Siena, qui est annoncé comme l’un des joueurs à suivre de près cette saison. Il évolue au poste de numéro 10…

– : Les dirigeants vénitiens ont voulu faire table rase de la piteuse saison dernière terminée à la 14ème place en chamboulant tout l’effectif et surtout, un 11 de départ où seuls 3-4 titulaires subsistent. Très bien, mais il va falloir sûrement du temps à ce groupe pour se connaître et acquérir ensemble des repères, des automatismes… Données préjudiciables en début de saison. Venezia ne possède également pas à l’heure actuelle un avant-centre qui a inscrit plus de 10 buts l’an dernier… Mais plutôt un empilement de buteurs avoisinant ce total (Bocalon, Capello, Montalto, Zigoni…). Là encore, un manque de clarté, de hiérarchie à ce poste pourtant si primordial peut conduire Dionisi à tâtonner toute la saison sans trouver la formule gagnante…

  • Le « Mister » :

Entraîneur italien méconnu âgé de 39 ans, Alessio Dionisi sort d’une belle saison en Serie C avec Imolese, où il ratera de peu la montée en Serie B après une élimination en quarts de playoffs. En effet, avec Imola, Dionisi a glané une belle moyenne d’1,68 points par match en 50 rencontres disputées… un bilan assez similaire durant ses précédentes années à Borgosesia et à Fiorenzuola qui lui a donc permis de prendre les rênes d’un Venezia sous la coupe de son président italo-américain Joe Tacopina. Cet adepte du 4-3-1-2, schéma tactique qu’il devrait d’ailleurs installer dans la cité des Doges, va cette année faire face à son premier grand défi dans sa jeune carrière d’entraîneur : à savoir redresser un Venezia moribond, repêché de dernière minute en juin dernier à cause des déboires palermitaines. Pour ce faire, Dionisi pourra en tout cas s’appuyer sur un effectif bien plus compétitif, renforcé par de nombreux talents (Felicioli, Aramu, Fiodilino…) et des joueurs expérimentés (Lollo, Zuculini, Cremonesi…). Et si l’alchimie prend, pourquoi ne pas rêver des playoffs… Où Venezia était en demi-finale il y a deux ans seulement.

  • LE joueur frisson à suivre :

Il y a Maxi Lopez, de retour à Crotone… Et il y a un autre argentin, Franco Zuculini, lui aussi de retour en Italie, mais à Venezia cette fois-ci. Milieu central âgé de 28 ans, Zuculini évoluait la saison dernière au Club Atlético Colon, où il a disputé une quinzaine de rencontres en Superliga argentine mais n’a guère brillé. Celui qui n’est pas à confondre avec son frère Bruno, qui évolue actuellement à River Plate, est un joueur expérimenté (passé notamment par Hoffenheim, Zaragoza, Bologne, le Hellas Verona…) en pleine force de l’âge, qui a déjà disputé plus d’une soixantaine de rencontres sur le sol italien. Assez petit (1m76 seulement), Zuculini est à la fois un milieu de terrain grognard, harceleur, gratteur de ballons… Mais également parfois capable de marquer et de faire marquer, bien que limité techniquement. La preuve en est puisque le natif de La Rioja, en Argentine a d’ores et déjà ouvert son compteur but avec les vénitiens en Coupe d’Italie. Dionisi devrait, cette saison, en faire l’un des hommes forts de son équipe et plus particulièrement de son milieu, où son association avec Lollo sera sûrement très intéressante… A suivre !

Merci au spécialiste du football argentin, @CanchaArgentina sur Twitter, pour son regard sur le joueur !

  • La possible révélation de cette saison :

Après une bonne saison à Siena l’an passé (8 buts et 6 passes décisives en 34 rencontres disputées), Mattia Aramu sera le numéro 10 capable de marquer et faire marquer à Venezia. A 24 ans, le joueur formé au Torino possède cette année une réelle chance de s’imposer en Serie B. Pur turinois né dans la région et ayant fait toutes ses classes au Torino (il entre au centre de formation du club dès l’âge de 8 ans), Aramu n’a jamais vraiment eu l’occasion de prouver sa valeur à Turin. Ailier gaucher relativement complet, il est devenu un joueur important de la Primavera avec laquelle il évolue jusqu’à ses 19 ans. Grâce à ses performances convaincantes, il est ensuite appelé en équipe première en 2013-14 avant d’être prêté, année après année, dans des clubs de division inférieure. Il ne jouera finalement que deux matchs en pro pour le Torino, un en coupe d’Italie et le second en championnat, sans inscrire le moindre but ou délivrer de passe décisive. Ses qualités principales sont athlétiques, avec une pointe de vitesse au-dessus de la moyenne et une activité relativement intéressante. Il est également plutôt intelligent dans le jeu et peut occuper tout le front de l’attaque (des ailes à la pointe en passant par l’attaquant en retrait), mais ne parvient pas à se démarquer réellement techniquement : il dispose de la palette complète de l’attaquant (centres, passes, tirs, décisions), mais il reste moyen partout et n’excelle dans aucun domaine, à l’exception peut-être des corners qu’il tire très bien. C’est d’ailleurs probablement pour cette raison qu’il n’a pas été conservé au Toro, son club de toujours, où la concurrence est largement supérieure… Mais à Venezia, Aramu sera sûrement un des rouages essentiels de cette formation new-look : la preuve en est en ce début de saison où, en trois rencontres disputées, le natif de Ciriè a déjà inscrit deux buts et délivré une passe décisive. A lui de continuer sur cette voie pour enfin se révéler !

Un immense MERCI à @Torino_France sur Twitter pour son analyse précise sur le joueur ! N’hésitez pas à aller le suivre !

  • Le stade :

L’un des plus beaux terrains de jeu de la péninsule italienne. Le plus romantique, ça, c’est certain…

Le stade Pier Luigi Penzo a été inauguré en 1913, à Venise, ville portuaire du nord-est de l’Italie située sur les rives de la mer Adriatique. Rénové en 1991, 2007, 2015 et 2017 (!), il est doté d’une capacité de 7371 places assises… Et possède surtout deux grandes particularités, dont l’une est unique : le stade est le deuxième plus vieux terrain de jeu dédié au calcio après le Luigi-Ferraris de Gênes… Et il s’agit surtout du seul stade où les joueurs et les tifosi doivent arriver en buteur, un fait rarissime !

  • Notre pronostic : 13ème

Nous pronostiquons une treizième place pour Venezia en cette nouvelle saison 2019/2020. Mais un peu par défaut, car il est difficile d’y voir clair pour un club qui a tout chamboulé à son intersaison, y compris son entraîneur (avec l’arrivée d’Alessio Dionisi). C’est un peu quitte ou double cette saison pour les arancioneroverdi : soit le mix prend et alors ils seront en mesure de viser potentiellement les playoffs… Soit cela ne prend pas et dans ce cas, il faudra s’attendre à une saison assez décevante, dans le moyenne. Reste enfin l’inconnue Dionisi, lui entraîne pour la première fois une équipe à cet échelon…

Théo Sivazlian et @dajeVale sur Twitter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :